Recherche

Accueil du site - Angres - Son histoire - Du neuf sur du vieux

Village fondé probablement par les Gaulois, le site d’Angres jouissait d’une situation particulièrement favorable avec la Souchez et la vallée environnée de collines qui la tiennent protégée des vents dominants. Elle posséda très tôt ses moulins à eau, l’un deux est toujours présent : le moulin FONTANET, du nom de son dernier propriétaire. "In allo toudis quere du blé ou des fêfes à ch’molin mon FONTANET" jusqu’au début des années 90. Aujourd’hui, la commune a acquis ce moulin, qu’elle transforme en Moulin pour tous.

L’Artois est une terre de conflits et de passage. à maintes reprises amis et ennemis pillèrent et détruisirent Angres. De Philippe Auguste au Prince de Condé, le village fut maintes fois dévasté.

Ce n’était rien auprès de la destruction totale de la commune au cours de la première guerre mondiale. Sa situation au pied du plateau de Lorette lui vaut d’être occupée dès le 4 octobre 1914 par les allemands et d’être l’objet des pilonnages d’artillerie qui ne laisseront pas pierre sur pierre, détruisant du même coup les vestiges les plus anciens. Angres est reconnue officiellement détruit à 100%, 370 ha sont classés en "zone rouge". En 1927 les traces sont effacées. La fosse 6 où il y a de gros travaux à faire, ne sera opérationnelle qu’en 1938.

La seconde guerre n’entraînera pas de destructions. Le "petit train" Lens Frévent qui passe à Angres permet avec beaucoup de difficultés d’aller chercher du "ravitaillement" à la campagne. Les grèves de mineurs en mai et juin 41, en 43 et en 44 vaudront à ceux-ci de sévères représailles et vingt-cinq d’entre eux furent déportés.